• presse

    Fonctionnaire dans le XX ème arrondissement à paris, Arnaud crée des lampes et des ventilateurs à partir de matériels de récupération. Devenus matière première, ceux-ci concourent à la création d'œuvres utilitaires et décoratives.

    Difficile d'en douter, quand on voit avec quelle passion Arnaud R les traques un peu partout.... A commencer sur les trottoirs.

    « En fait je cherche surtout des grosses pièces en métal, explique-t-il assez lourdes pour servir de socle à mes lampes et à mes ventilateurs.

    Objets abandonnés, avez-vous donc une âme ?

    A partir de là s'élabore tout le reste Roues en acier, moteur, tambour de machine à laver pieds d'agrandisseur, tous ces objets seront détournés de leur utilisation première pour faire contrepoids, pour faire base insolite. Des lampes avant tout. Lampes de salon, de bureau, de chevet, ou d'ambiance, elles sont toutes uniques, chacune avec le spot orientable qui leur confère une indéniable personnalité.

    « J'aime surtout l'association de deux extrêmes, observe-t-il avec finesse ; la froideur du métal se marie assez bien avec la chaleur du bois. Cette alliance en apparence contradictoire exprime en fait l'équilibre. »

    Juste équilibre aussi pour trouver le centre de gravité

    : « Je n'ai pas trop de problème, grâces à mes connaissances en mécanique et en résistance des matériaux. Je le Découvre presque au feeling, j'ai le coup d'œil ! »

    Comme on le voit, Arnaud Rogiez a dépassé depuis longtemps le temps du simple bricolage, du passe temps. Il est aujourd'hui un vrai créateur d'objets d'art, et même un façonnier :

    « A partir d'un objet quelconque, j'imagine une structure esthétique et originale, mais qui demeure toujours fonctionnelle. Je suis plus près de la démarche d'un designer que de celle d'un sculpteur qui se contenterait de rassembler des éléments hétéroclites. J'ai l'impression que ma créativité se développe encore ; Je m'oriente à petits pas vers le monde de la décoration. »

    On est convaincu, quand on admire la table de salon qu'Arnaud s'est construite dans le même style. Deux cercles creux en acier font pieds au sol. Poulies, ressorts et câbles consolident une charpente de lattes de bois sur laquelle repose un plateau en verre blanc très transparent, ovoïde et biseauté. Sobriété de l'épure, économie de moyens...superbe !

    Ce meuble, comme toutes ces créations, est signé d'un logo formé de trois lettres majuscules enlacés : « ARZ ». A pour Arnaud, RZ pour Rogiez. Un logo qui fera du chemin....

    Je me sers d'une chose déjà existante, usagée, mise au rebus, pour lui redonner une seconde chance, une seconde vie et aller de l'avant sans le moindre croquis au préalable. »

    L'armature du bras, toute aussi surprenante, s'élance en arc de cercle dans l'espace. Elle est réalisée avec des lattes de bois assemblées en quinconce, récupérées sur de vieux sommiers.

    L'abat-jour sera le plus souvent en plexiglas, équipé d'une ampoule halogène de 500 watts avec variateur. Quand aux ventilateurs protégés par une grille, ils bénéficient plusieurs vitesses de rotation, et proviennent la plupart, d'anciens congélateurs industriels délaissés lors de réaménagements de supérettes.

    Une vingtaine d'œuvres ont déjà été réalisées, après avoir été polies, poncées et vernies avec précaution.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :